Retraites: La CIMR veut conquérir les jeunes

AIC_9420
CIMR : Un Plan d’action digital inédit axé sur les réseaux sociaux et la proximité
15 février 2016
Khalid-Cheddadi-cimr-2013-05-29
Pour approcher les jeunes actifs : La CIMR envahit les réseaux sociaux
15 février 2016
Afficher tous

Retraites: La CIMR veut conquérir les jeunes

Pour continuer à élargir la couverture de la retraite complémentaire dans le pays, la CIMR entame ce qu’elle nomme sa « révolution numérique », à destination des jeunes.

« Nous voulons nous mettre aux moyens de communication les plus appropriés », a expliqué Khalid Cheddadi, PDG de la CIMR, lors d’une conférence de presse organisée ce 3 février pour exposer la stratégie numérique de la caisse. Aujourd’hui, la publicité coûte entre 7 et 8 millions de dirhams à la caisse chaque année, mais elle n’offre pas une grande visibilité. La CIMR, dont l’adhésion est facultative, décide donc de passer par d’autres canaux, pour attirer les jeunes. « La retraite c’est l’affaire des jeunes, pas des personnes âgées », assure le patron. Bien que ce soient les entreprises et non les salariés qui adhèrent à la caisse, « le but est de déclencher une prise de conscience. Les jeunes peuvent ensuite faire pression sur leur entreprise », se justifie Khalid Cheddadi.

Alors, réponse : les réseaux sociaux. Un cabinet privé a travaillé pendant six mois pour élaborer cette nouvelle stratégie de communication. La CIMR a donc décidé de lancer il y a environ une semaine le hashtag #Mendaba sur Twitter. Si l’expression a été reprise de nombreuses fois, ce n’est pas toujours pour relayer la communication de la CIMR. Certains internautes l’ont utilisée pour se rendre plus visibles sur Internet. Un compte Twitter, une chaîne YouTube, une page Facebook et un blog ont également été mis sur pied. Mais la page d’accueil de ce dernier de fonctionne pas (lors de la publication de cet article).

Changement de statut en 2016

« Si on parle de révolution numérique, ce n’est pas à défaut d’être déjà bien avancés », n’a eu de cesse de répéter Khalid Cheddadi. La quasi-totalité des transactions passe par Internet aujourd’hui. La plupart des services peuvent se faire en ligne (consultation du compte, adhésion, déclaration, paiement…). Un choix qui permet, d’après la direction, d’utiliser seulement 1,2 % des ressources en frais de gestion.

Cette conférence a également été l’occasion d’évoquer l’actualité brûlante de la CIMR. En 2016, la caisse, association à but non lucratif, va changer de statut pour devenir une société mutuelle des retraites, prévue par la loi 64.12. « Cela va lui permettre d’avoir un statut officiel et propre. C’est un changement dans la forme, mais il n’y aura pas beaucoup de changement dans le fond parce que la gouvernance était déjà très bonne et appréciée. D’ailleurs, elle a été reprise quasi à l’identique par le dahir », a annoncé Khalid Cheddadi. Alors que jusqu’à présent la CIMR dépend uniquement de l’adhésion des sociétés, « on peut envisager des adhésions individuelles, on est en train d’y travailler. Le statut d’association ne nous le permet pas, mais avec le changement de statut, cela peut être possible », a concédé le patron de la caisse.

La CIMR en chiffres

Un peu moins de 600 000 d’affiliés (sur les 2,5 millions de salariés du privé déclarés)

153 000 retraités

7 milliards de dirhams de cotisations

3,4 milliards de dirhams de pensions servies

Lien de l’article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *